News

J’ai récemment assisté à la conférence d’un chef d’entreprise, véritable showman à la réussite époustouflante, au charisme indéniable et au physique de figurant dans les « Tontons flingueurs ».
Son propos consistait à mettre en avant ses échecs pour montrer que c’est grâce à eux qu’il a réussi.

L’homme a ensuite parlé du formidable esprit qui règne dans son entreprise, du temps partagé avec ses collaborateurs et de l’épanouissement de chacun…
Discours extrêmement bien articulé et séduisant mais somme toute assez banal, comme quoi la forme peut un instant pallier le contenu sans que personne ne soit dupe.

Et puis, notre homme s’est mis à parler du doute qui l’anime depuis toujours.
Et là, j’ai saisi ce qui tentait de passer pour la sincérité de l’expérience.

Le doute fondamental pour nous et notre entourage.
Oui, le doute est un formidable outil de progrès.
Douter ce n’est pas être négatif, c’est tout simplement s’interroger et accepter que toute vérité n’est pas immuable, que tout modèle d’affaires n’est pas pérenne et que tout homme, à commencer par soi, peut se tromper.

Douter, ce n’est pas changer d’avis ; c’est s’ouvrir l’esprit, c’est accepter que ce qui est efficace aujourd’hui ne le sera peut-être plus demain.
Douter c’est assurer le progrès, l’évolution, le succès.
C’est aussi, et surtout, faire progresser sa vision.

Douter ce n’est pas être négatif, bien au contraire.
Le doute permet de prendre une décision qui aura justement plus de chance d’être la bonne dans la mesure où elle découle d’une phase de remise en question.

Alors pourquoi tant de gens semblent demeurer à l’aube du doute?
Pour une raison toute simple : ce n’est pas confortable.
Considérer que rien n’est jamais acquis, c’est accepter de devoir toujours chercher, remettre en question, perfectionner.
Douter ne prive pas d’enthousiasme.

Lire, chercher, étudier, s’ouvrir à ce qu’on ne connaît pas; il n’y a rien de plus gratifiant, motivant et  bénéfique.

Se forger un avis et une opinion pour être à même de mieux décider et progresser, c’est l’irremplaçable opportunité qu’offre le doute.

Article de Henri Balladur (Co-managing Director Havas Worldwide Genève) paru dans L’AGEFI du 6 novembre 2013


Laisser un commentaire